#WLIC2017 : Ce que vaut le « pèlerinage » des bibliothécaires à l’IFLA !


La fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA) a tenu son 83e congrès international des bibliothèques et de l’information du 19 au 25 août 2017 à Wroclaw en Pologne. Cette rencontre de haut niveau est l’occasion pour les bibliothécaires du monde entier de partager ce qu’il y a de mieux pour la profession.

Boursier du CFIBD pour la 2e fois, j’ai pu, à travers ce congrès, représenté mon organisation dénommée « Feusseul » qui accompagne et valorise l’accès au livre, au numérique et à la culture par le biais des bibliothèques. Ce rapport reviendra sur les moments forts du congrès ainsi que notre contribution en tant que participant actif.

 

Le précongrès… de Berlin à Wroclaw :

Notre congrès a démarré par une réunion satellite qui s’est tenue à Berlin du 15 au 17 août 2017 sur le thème : L’humanité numérique – Opportunités et risques : connecter les bibliothèques et la recherche

Pendant 3 jours nous avons assisté à des présentations sur le sujet et le rôle qu’y jouent les bibliothèques. En raison de la transformation numérique, l’importance de l’érudition numérique augmente rapidement pour les bibliothèques et les institutions du patrimoine culturel comme les archives et les musées dans le monde entier. Ces institutions offrent et partagent leurs collections avec des chercheurs ou des chercheurs numériques, qui ont besoin de la plupart des matériaux numérisés pour leur travail.

La réunion satellite a été organisée par le comité permanent des bibliothèques académiques et de recherche de l’IFLA, l’association bibliothéconomique européenne LIBER, l’infrastructure de recherche européenne DARIAH, l’initiative allemande d’information sur le réseau (DINI), la BBAW et la bibliothèque de l’université de l’Humboldt.

 

Le congrès IFLA en chiffre :

Le WLIC 2017 a réuni pendant une semaine plus de 3100 bibliothécaires venant de 122 pays. Cela montre la grandiose de cette rencontre et témoigne du rôle important que joue l’IFLA et confirme qu’elle est véritablement la voix des bibliothèques et des bibliothécaires. Le congrès a également connu 247 conférences et ateliers couvrant tous les aspects de la profession avec plus de 500 intervenants. Ce qui démontre la richesse et le poids scientifique de cette rencontre.

 

Les messages forts du congrès :

Tout le long du congrès j’ai été marqué par quelques messages qui ont été pour moi des sources d’inspiration. Au-delà des séances que j’ai assistées, j’ai pu capter des signaux forts lors de la rencontre.

Parmi ces messages je peux noter celui de la nouvelle présidente de l’IFLA, Glòria Pérez-Salmerón qui disait ceci « Les bibliothèques sont les moteurs du changement et nous, les bibliothécaires, sommes les engins ».

Je considère que cette phrase résume parfaitement l’état actuel et futur des bibliothèques et des bibliothécaires. Elle témoigne du rôle capital que doivent jouer les bibliothèques et les bibliothécaires dans un contexte mondial marqué par la transformation sociale, numérique, économique des sociétés.

J’ai également relevé le message du Secrétaire général de l’IFLA, Gérald Leitner qui déclare ceci : « Nous venons avec un feu d’artifice de nouvelles idées et services pour vous ! Chers collègues, je suis sûr que nous allons avoir un congrès dynamique ici dans la belle ville de Wrocław…

Profitez de cette opportunité, devenez une partie active et créez votre réseau ! »

Je considère le secrétaire général comme l’homme fort de l’IFLA qui est en train de transformer cette structure à travers ses discours, ses idées et ses actions. Il est une source d’inspiration énorme et sa vision aura un impact réel sur le présent et le futur des bibliothèques.

 

Les gros projets de l’IFLA :

Le congrès de cette année a été l’occasion pour l’IFLA de lancer un certain nombre de projets dont on peut en citer deux.

  • La discussion sur la vision globale de l’IFLA qui a regroupé des milliers de représentants du monde entier pour explorer comment les bibliothèques connectées peuvent relever les défis de l’avenir. L’IFLA a lancé cette discussion mondiale à travers une série d’ateliers de haut niveau dans différentes parties du monde qui a démarré à Athènes, en Grèce. Des représentants de 140 pays ont participé aux discussions lors des 6 ateliers régionaux organisés par l’IFLA: Washington DC, Yaoundé, Alexandrie, Buenos Aires, Singapour et Madrid. Les ateliers se sont concentrés sur la façon de renforcer les liens dans le domaine de la bibliothèque et ont aidé à identifier les défis et opportunités futurs dans le domaine des bibliothèques et à hiérarchiser les actions pour un changement rapide et efficace dans nos sociétés. Le WLIC 2017 a été l’occasion pour l’IFLA de lancer le vote et d’appeler tous les acteurs des bibliothèques à contribuer à cette discussion et faire entendre leur voix. Le vote se poursuit en ligne sur : https://globalvision.ifla.org/vote/ jusqu’au 16 octobre 2017.
  • La carte mondiale des bibliothèques (https://librarymap.ifla.org/), lancée lors du congrès IFLA 2017 est une source représentative des statistiques fondamentales des bibliothèques et un outil solide fournissant des données dans chaque pays et une comparaison mondiale des différentes performances des bibliothèques par région. En tant qu’instrument de plaidoyer, la carte mondiale des bibliothèques est également une plate-forme fournissant l’accès à des cas pratiques démontrant comment les bibliothèques de différents pays contribuent à l’atteinte des objectifs de développement durable des Nations Unies et servent de partenaires pour répondre aux besoins de développement local. La carte mondiale des bibliothèques est créée en partenariat avec les associations nationales de bibliothèques, les bibliothèques nationales, les organismes de soutien aux bibliothèques et d’autres institutions du monde entier.

 

Ma première expérience en communication :

Le WLIC2017 a été l’occasion pour moi de présenter une communication sur le thème : « Les bibliothèques numériques pour booster la lecture en milieu scolaire défavorisé : l’exemple du Sénégal ». Cette première expérience a été très riche pour moi et m’a permis de partager mes idées, mes projets et mes réalisations avec des collègues venant de tous les pays. Cette communication est le fruit d’un certain nombre de projet réalisés par Feusseul de par l’initiative du groupe « Mon éducation, mon droit ». Ces projets consistent à mettre en place des bibliothèques numériques dans les écoles des zones rurales et d’initier les élèves et les enseignants à l’utilisation de ces plateformes afin de favoriser la lecture dans ces localités où l’accès au livre est souvent difficile.

En partageant ces projets j’ai pu entrer en contact avec des organisations venant d’autres pays qui s’intéressent à ce que nous fassions et delà nous avons pu développer des collaborations et des partenariats avec eux.

 

Un engagement à l’international :

Le WLIC2017 a été également une belle occasion pour s’engager dans les sections et autres entités de l’IFLA. Ainsi avec les élections de cette année j’ai pu intégrer la section management des associations de bibliothèques (MLAS) comme membre correspondant.

Je suis également le nouveau coordonnateur des médias sociaux du groupe d’intérêt « les nouveaux professionnels de l’IFLA » (NPSIG).

 

Le congrès sur les réseaux sociaux :

Le congrès se passe aussi sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter. L’IFLA a pris l’initiative cette année de diffuser en direct sur facebook et Youtube certains moments du congrès comme les cérémonies d’ouverture et de fermeture. Cela a permis à des milliers de collègues qui n’ont pas pu assister à la rencontre de suivre les débats en direct. Comme l’a déclaré un collègue de l’Inde sur Facebook, Bhalerao Balaji : « Je vous remercie de l’opportunité donnée à tous les professionnels des bibliothèques de suivre la conférence en ligne. »

Sur twitter, les discussions étaient plus dynamiques et instances. Nous avons pu relever quelques données statistiques qui confirment cela.

Par exemple nous avons noté qu’il y avait 58 tweets par heure avec une visibilité de plus 120.000 vues de ces tweets. Parmi les profils les plus populaires qui tweeter le plus, nous en avons relevé une dizaine. Notons la présence active des francophones qui sont au top de cette liste (@silvae @azoubig).

 

Mes #WlicWow :

L’IFLA a initié au WLIC 2017 un nouveau concept qu’elle a appelé #WLICWOW. Le principe consiste à inviter les délégués à partager les moments plus excitants du congrès à travers les réseaux sociaux ou par mail en utilisant le hashtag #WLICWOW. La publication la plus inspirante a reçu une inscription gratuite pour le congrès 2018 qui se tiendra à Kuala Lumpur (Malaisie).

Ainsi, j’ai pu relever quelques moments de mes moments forts du congrès :

L’ensemble des communications du congrès sont disponibles sur ce lien.